Skip to content

HOMÉOSTASIE

📌 Maison des Arts de Créteil

📆 Du 18 septembre au 17 octobre 2021

Texte : Lié Mafouta

Si l’Humain et son environnement sont un seul et même corps, la Terre et les êtres vivants qui la peuplent souffrent d’inflammations chroniques. Les transformations environnementales et les modes de vie industrialisés
favorisent la pollution, la mauvaise hygiène alimentaire et les différentes altérations de l’espérance de vie. Les effets inflammatoires que l’on observe de part et d’autre du monde sont le fruit défendu d’une double agression
: intérieur, par l’instauration d’un rapport passif et dénué d’intimité à l’environnement. Et extérieur, du fait de l’hyper activité qui ne considère la Terre que comme une source de profit. Dans ce contexte, quels remèdes pour lutter contre des maux globalisés ?

La redécouverte de la dimension mystique des espèces vivantes, leur archivage, la méthode scientifique ou l’action politique sont autant de manières d’actionner la cicatrisation et de remuer les êtres. Le but ultime est la résolution.

La guérison provoquée par une nouvelle approche du sensible, du féminin sacré et du principe actif de la résistance collective. Cet état de santé retrouvée que l’on nomme Homéostasie et qui se définit par une apaisement de l’inflammation et la stabilisation d’un corps vivant.

Au travers d’une circulation dirigée par les travaux d’Amélie Chassary, de Juliette-Andréa Elie et d’Elsa Leydier, nous proposons un parcours thérapeutique par l’image et le son. De la première consultation, à la recherche du diagnostic scientifique, l’image sert à renouer avec sa nature poétique intérieure et initie la cure. Elle dénoue les rapports de force, qui trop souvent nous opposent à notre environnement, en vue d’initier un changement.

©Elsa Leydier_©Elsa Leydier, Desobeissances_2

©Elsa Leydier, Désobéissance 2

AMÉLIE CHASSARY – FRANCE (1980)

Amélie Chassary vit en Côte d’Or (Bourgogne). Elle est diplômée de l’Académie Julian et de l’École supérieure d’art Met de Penninghen de Paris. Suite à un fotomasterclass en 2018 avec Sylvie Hugues et la photographe FLORE, Amélie réalise une série de natures mortes « Eloge de la simplicité » exposée aux Photaumnales#16 puis invitée en 2020 aux Rencontres de la photographie en Gaspésie (Québec). Ses photographies intègrent la galerie d’art contemporain A.M.E.L.I.E Maison d’art. Aujourd’hui, lauréate du Mentorat des Filles de la photo, elle approfondit son observation artistique sur la nature aux côtés de ses marraines Clémentine de la Ferronnière et Julie Champin.

 

ELSA LEYDIER – FRANCE (1988)

Diplômée de l’École Nationale Supérieure de la Photographie d’Arles en 2015, Elsa Leydier vit aujourd’hui entre la
France et le Brésil, où elle développe un travail autour du pouvoir des images iconiques. Elle a été lauréate du Prix de la Maison Ruinart/Paris Photo 2019, et l’une des lauréates du Prix Dior pour la Jeune Photographie la même année. En 2020, elle fait partie des 16 lauréat.e.s de la commande publique lancée par le CNAP en partenariat avec le Jeu de Paume, et des 5 lauréates du Mentorat des Filles de la Photo. Son travail a été montré dans des expositions personnelles et collectives, en France et à l’international.

 

JULIETTE-ANDRÉA ELIE – FRANCE (1988)


Diplômée de l’Ecole des Beaux Arts de Nantes (DNSEP 2010) et de la Concordia University à Montréal, puis lauréate du Mentorat des Filles de la Photo (2020) et du Fotoprize (Fotofever 2016), Juliette-Andréa Elie a été pensionnaire en 2016 de la Cité Internationale des Arts à Paris, pour mener à bien ses recherches photographiques.
Elle fut l’invitée annuelle du Théâtre de la Cité Internationale (Paris) en 2019/20 en réalisant les affiches de la saison en écho à ses recherches photographiques sur l’anthropocène. Son travail prend la forme de photographies retravaillées à la main par gaufrage, de compositions sonores et d’installations vidéos.

LE MENTORAT DES FILLES DE LA PHOTO

En mai 2020, Les Filles de la Photo, lancent la première édition du Mentorat , sous l’impulsion de , Véronique Prugnaud , Julie Champin et Corinna Schack.
Ce programme est un accélérateur de carrières dédié aux femmes photographes dans le but de les accompagner dans la réalisation de leur projets et le développement de leur parcours.
Ce programme conçu par Véronique Prugnaud, Corinna Schack et Julie Champin est ouvert à toutes les femmes
photographes professionnelles sans limite d’âge.
Un jury composé de 10 marraines, représentantes des divers métiers de la photographie sélectionne 5 lauréates.
Les photographes sont accompagnées par leur binôme pendant 15 mois jusqu’à la restitution.
Cette exposition est initiée par Julie Champin.

LES FILLES DE LA PHOTO

L’association Les Filles de la Photo a été fondée en 2017 par trois passionnées de photographie Marion Hislen,
Chantal Nedjib, et Florence Moll. Elle est aujourd’hui co-présidée par Raphaële Bertho et Sabrina Ponti et compte près de 180 adhérentes représentant 25 métiers dans l’écosystème de la photographie, dans les univers artistiques, de la commande et de la recherche.
Désireuses d’être mieux informées pour mieux agir, ces femmes de tête, de cœur et d’action animent un laboratoire d’idées, tout en jouant de leur influence pour valoriser et défendre la photographie et les femmes et hommes photographes.

INFORMATIONS PRATIQUES

Place Salvador Allende, 94000 Créteil
Mardi-vendredi : 10:00-19:00
Samedi : 12:00-19:00